euskaraz · español · english · français  mapa web e-mail  
Estás aquí:   Le catalan et la Charte Européenne des Langues Régionales ou Minoritaires

Noticias

« Volver a las noticias    

22/11/2011 - 08:10

Le catalan et la Charte Européenne des Langues Régionales ou Minoritaires

22_bilkura_valentzia.jpg

Le 16 septembre, l'Observatoire de la Langue Catalane a envoyé son rapport, en anglais et en catalan, relatif à l'application de la Charte Européenne des Langues Régionales ou Minoritaires dans l'État espagnol - à l'égard de la langue catalane - au Conseil de l'Europe à Strasbourg.

Le rapport a été envoyé suite aux réunions organisées au mois de juillet 2001 à Valence, Palma de Majorque, Saragosse et Madrid, par une délégation du Comité d'Experts qui supervisent l'application de la Charte. Les experts étaient Vesna Cmic, Alberto Lopez Basaguren et Gabor Kardos. Des représentants des organisations membres de l'Observatoire ont assisté aux trois premières réunions et informé sur ce qu'ils considèrent comme un manquement réitéré à l'esprit et à la lettre de la Charte.

C'est peut-être le plus dur des trois rapports que l'Observatoire a envoyé, jusqu'à présent, au Conseil de l'Europe. Les recommandations précédentes du Conseil de l'Europe relatives à l'utilisation très limitée du catalan dans les tribunaux et à l'absence de statut officiel du catalan pour les 45 000 personnes le parlant en Aragon n'ont pas été suivies. La politique linguistique dans les écoles de Catalogne, appliquée depuis 20 ans et avalisée par le Tribunal Constitutionnel en 1994, est remise en cause en raison d'un arrêt de la Cour Suprême. Dans une lettre accompagnant le rapport, l'Observatoire a demandé au Comité de réitérer sa position publique pour le modèle éducatif catalan, tel que le Congrès des Députés l'a fait récemment. L'incapacité dans laquelle se trouve le système scolaire valencien d'atteindre son objectif de compétence bilingue généralisée parmi ceux qui finalisent la scolarité obligatoire et le trop grand nombre de familles dont les demandes d'une éducation en catalan (« valencien ») pour leurs enfants sont refusées chaque année, tout comme les réformes annoncées en Aragon et dans les Îles Baléares qui dilueraient les dispositions législatives actuelles sont autant de motifs d'inquiétude.

Le rapport accuse l'État espagnol de ne rien faire pour éviter un climat d'hostilité croissante dans toute l'Espagne contre la diversité linguistique en général, et contre le catalan en particulier. Ce climat se retrouve également dans les territoires de langue basque et en Galice.

Cependant, la lettre qui accompagnait le rapport soulignait une lueur d'espoir : une Initiative Législative Populaire soutenue par Acció Cultural del País Valencià, a récemment été acceptée par le Parlement espagnol. Si celle-ci devenait une loi, la TDT permettra à ceux parlant le galicien, l'euskara et le catalan de recevoir des chaînes de télévision des régions avoisinantes émettant dans la même langue.


Miquel Strubell
Professeur d'Études de Langues et Cultures à l'Universitat Oberta de Catalogne